Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 15:19

 

     Le travail du chanvre était bien adapté au monde rural, car il demandait une main d'oeuvre nombreuse. En plus, l'aspect saisonnier des travaux des champs, permettait pendant la période creuse de l'hiver, la transformation de la plante en fils.

 

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la culture du chanvre était très répandue dans la région de Locronan. L’endroit où il était cultivé se nommait - al liorz kanab - (la prairie à chanvre).

 

                    Nous allons vous présenter les différentes étapes de cette transformation :

 

 

essais semi

 

 

Pendant le courant du mois d’avril le chanvre est semé à la volée.

 

 

Au début du mois d’août, le chanvre mâle est arraché, lié par poignées, il est mis ensuite au soleil pour faire sécher les feuilles (à maturité le chanvre peut atteindre de deux à trois mètres de haut).

 

Pour le chanvre femelle, l’arrachage s’effectue une fois les graines mûres.

 

 

 

 

essais arrachage

 

 

Le chanvre est séché, égrainé grâce à une planche munie d’une rangée de dents.

 

Puis chaque poignée est mise en botte pour procéder au rouissage, immersion du chanvre pendant deux ou trois semaines dans une mare ou un ruisseau (pour la séparation des fibres du bois de la tige).

 

 

 

 

 

 

 essais broyeur

 

 

 

 

 

 

 

L’ensemble du chanvre mâle et femelle est ensuite broyé à l’aide d’une broie ou braie, sorte de hachoir, qui permet de briser la tige pour séparer la filasse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 essais espade

 

 

 

 

 

 

Une fois le broyage fini, il reste toujours quelques débris de bois (chènevottes) dans la filasse, donc l’espadeur entre en action pour les retirer. Il utilise une planche de bois verticale fixée au sol, avec à son sommet une entaille demi-circulaire pour y poser la filasse. Puis avec l’espade (planchette en bois au tranchant émoussé) il frappe le chanvre qui pend le long de la planche.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 essais carde

 

 

 

 

 

Pour finir la préparation des fibres avant le filage, la filasse est cardée. Le carde est une planche de bois munie de pointes en fer alignées sur plusieurs rangées, plus ou moins espacées selon la finesse des fibres.

Sous l’action du cardage une partie des fibres, les plus courts, tombent. C’est l’étoupe qui sert à faire du calfeutrage ou de la toile de mauvaise qualité (les fils étant plus fragiles).

 

Les longs brins de la belle filasse étaient peignés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les femmes filaient en gardant les bêtes, durant les veillées, ou toute la journée pour celles qui en faisaient profession.

 

 

 

 

Le filage au fuseau : dans les champs, les femmes accrochaient une quenouille à leur ceinture.

 

 

 

 diderot 3 filage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le filage au rouet, plus rapide, était effectué à la maison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

Mise en écheveau

 

Le fil mis en écheveau est plus facile à déplacer, car il prend moins de place que sur une bobine.

De plus l’écheveau lui permet de garder un ordre.

 

 

 

Préparation de la chaîne

 

La préparation de la chaîne est le moment le plus délicat dans l’art du tissage. Il faut donner un ordre aux fils de chaîne, pour qu’ils ne se croisent pas avant d’arriver aux lices, ce qui rendrait le tissage impossible. Il faut aussi que les fils soient pliés (enroulés) sur l’ensouple avec une tension régulière.

 

 

 gravures XVIII 3

 

 

 

 

Tisser consiste à entrelacer, les fils de chaîne et des fils de trame pour produire une toile.

 

Les hommes tissaient dans la pièce principale de la maison. En 1750, à Locronan, se trouvaient 150 tisserands ne vivant que de ce travail.

 

Ils tissaient des toiles à voile qui seraient vendues en Angleterre, Hollande, Espagne, Portugal et bien sûr en France.

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                          Hervé

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
<br /> Bonjour, je m' appelle Jean-Michel Pinoteau, j' écris un livre de 160 pages illustrées sur l'ancestrale culture du<br /> chanvre.en France et dans le monde… Serait-il possible, pour illustrer cet ouvrage, d'utiliser les 5 dessins anciens de vendéens cultivant le chanvre (dans l'article " du chanvre aux voiles")<br /> Savez-vous si ces estampilles sont libres de droit, dans le domaine public ou publiable dans mon livre ? Je ferais bien sur, référence au musée, à l'auteur, ou au propriétaire de ces photos...<br /> Bravo pour votre site. À bientôt !<br /> <br /> <br />  <br />
Répondre
J
<br />    Bonjour,  j' écris un livre de 160 pages sur l' utilité du chanvre.<br /> <br /> <br /> J'aurais besoin, pour illustrer cet ouvrage, des petits dessins du vendéen qui séme, récolte, broie, espade et carde le chanvre...<br /> <br /> <br /> Savez-vous si elles sont libres de droit, dans le domaine public ou publiable dans mon livre ?<br /> <br /> <br /> Merçi à vous, bravo pour votre blogue...<br />
Répondre
J
<br /> <br /> En Anjou, dans la région de Beaufort-en-Vallée, on cultivait le chanvre.<br /> <br /> <br /> http://ecoleduchateau49250.over-blog.com/article-histoire-du-chanvre-a-beaufort-en-vallee-60316054.html<br /> <br /> <br /> Et on le cultive encore.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Merci pour ce lien ! Habitant Angers, je connais bien votre région mais je ne savais pas que le chanvre y était cultivé ! A bientôt !<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> <br /> Merci d'être passés sur mon blog ! et je vois que les présentations sont déjà faites avec Eléonor et Sylvie ! C'est vrai que j'ai tout de suite pensé à elles lorsque j'ai ouvert votre blog !<br /> Un blog pour 2 donc... avec la passion du fil et de la lettre ! Eléonor doit être aux anges avec vous :+)) !!! Bon... je continue la visite ! A bientôt !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Merci !! <br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> C'est avec grand plaisir que je vous accueille dans ma communauté Coutumes et Traditions, j'ai hâte de vous lire. J'ai regardé votre blog, il me semble très instructif et passionnant.<br /> <br /> <br /> Locronan, j'adore ! nous y sommes encore allés faire une petite virée en novembre dernier.<br /> <br /> <br /> En Anjou, ma région, la culture du chanvre a aussi connu ses heures de gloire, et le transport sur la loire aussi.<br /> <br /> <br /> A bientôt donc.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Merci de votre visite sur notre tout récent blog et merci pour votre commentaire ! En espérant qu'il continue de vous plaire !<br /> <br /> <br /> Peut-être aurons-nous un jour  l'occasion de nous croiser à Locronan ?! <br /> <br /> <br /> A bientôt ! <br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> <br /> en Poitou, la meilleure date pour semer son chanvre c'est le 24 mai<br /> <br /> <br /> " Séme ton chanvre à la saint Didier tu en récolteras plein tes paniers "<br /> <br /> <br /> Les termes sont différents mais le travail est bien le même. Chez moi, on trouve traces des tisserands en troglodytes depuis 1630. Ils fabriquaient de la toile a draps, c'était un travail<br /> commandité qui occupait la famille à l'année.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
H
<br /> <br /> Merci, pour votre commentaire.<br /> <br /> <br /> C’est vrai que le travail de cette plante a été une grande richesse pour notre région. Cette après-midi, j’ai eu un groupe de Basques espagnols, je les ai fait broyer, carder, tisser, j’ai filé,<br /> je travaille sur du lin car c’est une plante plus facile à transformer. Ils ont été intéressés, les gens ont oublié la richesse que la culture de ces plantes a apportée à nos régions (les enclos<br /> paroissiaux), cette mono-industrie, a aussi plongé, au XIXe siècle, Locronan dans une grande misère (ce qui a préservé le patrimoine bâti), par son déclin.<br /> <br /> <br /> A bientôt !<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Croisés de Lettres - Tissage et vagabondage
  • : Le croisement de deux passions a fait naître l'envie d'échanger sur les textes et le tissage, le fil et la lecture, où la trame et les mots se relient et s'entremêlent. Nous avons créé ce blog pour révéler ce lien très ancien, d'où notre titre, Croisés de Lettres. Toutes les inspirations sont les bienvenues! Une petite trace de votre passage fait toujours plaisir!
  • Contact

Visite à Locronan...

tibihan.png

Liens